Être et paraître, une dualité complexe qui nous habite tous, et que Victor Edmond Leharivel-Durocher a matérialisée dans une sculpture de la muse de la comédie. Une œuvre qui me fascine autant qu’elle me questionne : la posture résignée de Thalie, sa nudité offerte, son regard perdu vers le ciel, sa chevelure apprêtée, les fleurs à ses pieds…
Être, paraître et transparaître. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *