Une légère brise fit frissonner les feuilles du plaqueminier sous lequel elle s’était installée. Elle retint du bout des doigts la page de son livre que le vent cornait. Des feuilles sèches glissèrent sur la terrasse, soulevant un peu de poussière. Le balancement lent du hamac la berçait. Il faisait si chaud…
Elle ferma les yeux pour mieux ressentir la caresse rafraichissante de chaque souffle. L’air était lourd, il sentait le pin et la lavande. Au-dessus d’elle, des oiseaux discutaient en gazouillant. Au loin, un chien aboya. Chez un voisin, des enfants plongèrent dans une piscine. Puis le silence se fit.
Elle rouvrit les yeux. Le temps semblait avoir ralenti. Elle respira profondément et continua sa lecture en souriant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *