Il était là le premier, il a grandi sans moi, alors on s’apprivoise, mon jardin et moi, avec patience et curiosité. Chaque pluie révèle de nouvelles pousses, chaque rayon de soleil change ses nuances. Durant de longues heures d’observation, de nettoyage, de ramassage, de cueillette, au fil des semaines, je découvre sa physionomie, ses couleurs, ses parfums. Lui, il supporte mes humeurs, il écoute mes pensées. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *